Archives par étiquette : série

Objet : au secours – chapitre 7

Je piaffai, stressé.

-Ed, fit Paul d’un ton plat. Calme-toi. Tu vas attirer l’attention sur nous.

J’étais effectivement un peu sous tension, j’étais en train de taper du pied avec angoisse. Je me mis à ronger mes ongles.

-Tu penses qu’elle va venir ? je demandai.

-Bah oui : c’est elle qui a fixé le rendez-vous.

Ce bon vieux Paul, toujours aussi pragmatique. Je scrutai la foule, essayant de repérer d’où pouvait venir Camilla Dietrich. Il était bientôt midi, l’heure du rendez-vous approchait. J’avais harcelé Edward pendant des heures jusqu’à ce qu’il accepte que je l’accompagne, et il avait fini par céder. Paul et moi avions obtenu sa permission pour venir avec lui, mais devions nous tenir éloignés pour qu’elle ne nous voie pas. (Vu qu’elle était prise en chasse par des potentiels meurtriers, elle risquait de prendre peur et de faire demi-tour en apercevant deux inconnus, ce qui serait un peu contre-productif…) Et nous avions interdiction d’intervenir.

Edward était à une trentaine de mètres de nous. Il semblait détendu, mains dans les poches, et il faisait des allers-retours sur le trottoir. Il jetait souvent des coups d’œil vifs à la foule pour essayer de repérer son amie. Il y avait énormément de monde, des touristes principalement, mais aussi des citadins qui traversaient Times Square d’un pas rapide pour aller se chercher à manger pendant leur pause de midi.

-Comment Camilla va-t-elle faire pour le retrouver dans cette foule ? s’interrogea Paul.

-Il paraît qu’ils avaient pour habitude d’aller s’acheter des M & M’s ensembles quand ils finissaient d’écrire un article particulièrement difficile –jusqu’à ce que Camilla devienne végan et arrête de manger du chocolat au lait. Du coup Edward a pensé qu’elle viendrait probablement aux alentours de la boutique…

Il hocha la tête. Je sentis mon natel vibrer, je le sortis de ma poche, intrigué.

-Qu’est-ce qu’il y a ? m’interrogea Paul.

-C’est bizarre, je fronçai les sourcils. Le site sur lequel on a chatté avec Camilla…

-Ouais ?

-Ils viennent de m’envoyer un mail pour me signaler que quelqu’un s’est connecté sur un ordinateur inconnu…

-Bah oui, c’était Camilla, hier, dit-il d’un ton indifférent.

-Non, j’ai reçu un mail identique hier, cinq minutes après qu’elle se soit connectée, mais là le site me signale que quelqu’un s’est à nouveau connecté.

-C’est peut-être elle. Elle voulait probablement relire la conversation, ou vérifier qu’on ne lui avait pas envoyé un autre message entre-temps.

-Possible…

Un sentiment de malaise m’étreignit. J’avais un mauvais pressentiment.

S’il s’agissait d’une des personnes qui pourchassait la journaliste, il pourrait savoir l’heure et le lieu du rendez-vous. Même si Times Square est une grande place et qu’il y a toujours du monde, le pourcentage de probabilité qu’il la trouve venait d’augmenter.

Les minutes défilèrent. Après un temps qui me sembla infini, soudain, elle apparut. J’en eus le souffle coupé. Enfin, je la voyais en vrai. Elle portait un sweat shirt à capuche noir, un jean troué et de grosses chaussures de chantier. Elle marchait vite à travers la foule, regardant autour d’elle d’un air inquiet. Elle semblait toute menue, toute fine et fragile. Elle ne ressemblait pas à ces filles de manga ou d’anime, qui ont de grands yeux et qui sont parfaites. Elle avait la peau très pâle, des cernes et des habits froissés, mais je n’avais jamais eu le cœur qui battait aussi fort en voyant une femme.

Je l’observai, troublé, elle avisa soudain Edward, et se dirigea vers lui. Tout en attirant son attention en lui faisant un signe de la main, elle ouvrit son sac imprimé militaire pour en sortir une pochette en tissu.

-Ed. Ed, merde, regarde le mec derrière elle ! s’exclama Paul.

Je m’arrachai à la contemplation de la jeune journaliste à regret, alarmé par l’urgence dans la voix de mon meilleur ami. Je suivis des yeux la direction qu’il m’indiquait et mon sang se glaça d’un coup.

Un grand type au visage en lame de couteau la suivait, à huit mètres derrière elle. Il portait un costard bleu foncé presque noir, il avait les cheveux coupés courts comme les militaires et il avait une démarche vive. Il gardait les yeux rivés sur Camilla comme sur une cible, sans ciller, et était également en train de sortir discrètement un pistolet de sa poche.

-Merde ! je jurai. Il va pas l’abattre en pleine rue quand même ?!

-Et elle ne l’a pas vu !

Quels étaient ces tarés ? Capables de tuer un homme à bout portant, d’infiltrer les locaux de la police pour leur voler des données et de se balader sur Times Square un flingue à la main ? Bien sûr qu’ils n’hésiteraient pas une seconde à tuer une femme de jour, au milieu d’une foule ! Ils semblaient capables de tout !

J’eus une bouffée d’angoisse ; cette pauvre Camilla n’allait tout de même pas finir de la sorte ! Il fallait que j’intervienne –mais nous étions trop loin pour nous interposer (ce qui aurait été un peu suicidaire d’ailleurs).

Je fis alors la seule chose à faire quand on voit un psychopathe armé poursuivre quelqu’un dans une foule en essayant de rester discret.

-UN PISTOLET ! je hurlai en pointant le type du doigt. CET HOMME A UNE ARME !

Celui-ci se tourna immédiatement vers moi, Camilla fit volte-face et l’aperçut enfin. Il rangea son pistolet sous le pan de sa veste, son regard me transperçant et j’y lus de la haine pure. Mais trop tard. Une dame venait de le voir.

-APPELEZ LA POLICE ! je continuai à crier le plus fort possible, mettant un coup de coude à Paul pour qu’il fasse pareil.

-Oh mon Dieu, euh, UNE ARME, CIEL !

Camilla se mit à courir. Avant de disparaître, elle lança la pochette en tissu qu’elle tenait en direction d’Edward, qui l’attrapa au vol et fila immédiatement dans la direction inverse. Leur mouvement entraîna celui de plusieurs personnes, qui se mirent à fuir. Il y eut des cris, de la panique, l’homme à l’arme sembla furieux, il s’élança en direction de Camilla, je les perdis de vue.

Paul et moi partîmes en quatrième vitesse pour ne pas traîner dans les parages et nous faire bêtement piétiner par la foule. Nous fîmes un détour pour éviter des policiers qui se précipitaient vers la place et une fois à quelques rues de distances de Times Square, nous nous engouffrâmes dans le métro.

-Hé ben ça alors… Elle a dû fâcher quelqu’un de particulièrement hargneux cette fille !

Paul hocha la tête, aussi secoué que moi.