La mariée

… ou qu’il se taise à jamais

(vaudeville)

 

La petite église est pleine à craquer ; chaque banc en bois est occupé par des dames en robes avec capelines et par des messieurs en costumes élégants. Tous les membres des deux familles ont répondu présent avec enthousiasme pour assister à l’événement et tous les amis, les relations et les proches sont également venus.

Nicolas et Nicoletta vont enfin s’unir ! Pour le meilleur et pour le pire ! Tout le monde est bien content de ce dénouement heureux : ce joli couple, dont les deux prénoms sont si semblables, sont fait l’un pour l’autre -l’assistance le sait. Ces amoureux transis ont connu des hauts et des bas, ils se sont même séparés durant un court laps de temps, mais ils ont heureusement retrouvé leurs esprits et réalisé qu’ils ne pouvaient vivre l’un sans l’autre. Les gens qui ont assisté à leur rencontre, aux prémices de leur amour, à leur quotidien paisible et aux vagues dévastatrices de la passion se sentent impliqués dans ce mariage plus que dans aucun autre.

Ils étaient destinés à finir ensemble avant même de se rencontrer, Cupidon avait probablement gravé leurs noms sur une flèche à leur naissance et on raconte qu’Aphrodite enviait leur amour.

Tout le monde les regarde avec bienveillance, les dames s’éventent avec les feuillets de chansons et de prières, un sourire attendrit aux lèvres, tandis que les messieurs hochent la tête en écoutant les mots du prêtre, émus. Les deux fiancés quant à eux semblent perdus dans un monde n’appartenant qu’à eux ; Nicoletta contient avec peine ses larmes de joie et les beaux yeux bleus de Nicolas étincellent de bonheur.

Une seule personne parmi la foule semble ne pas partager ce sentiment d’allégresse commun. Ginette.

Les bras croisés, les jambes croisées, la bouche tordue en un rictus amer, elle fusille le couple du regard comme si elle voulait les tuer de ses propres mains. Elle voue une haine sans borne à la douce et gentille Nicoletta. Elle l’exècre, elle l’abhorre pour lui avoir volé l’homme qu’elle aime et pour être parvenue à se faire passer la bague au doigt. Cette petite dinde hypocrite ne mérite que malheur et solitude ! Pourquoi est-ce Nicoletta et non Ginette près de l’hôtel, en compagnie de son âme sœur ? Elle connaît Nicolas depuis plus longtemps !

En recevant l’invitation il y a quelques semaines elle avait cru étouffer de rage, son premier geste avait été de jeter la lettre, de la brûler, voire de la passer au mixer.

Mais ensuite une idée a germé dans son esprit, une idée diabolique. Elle a donc pris rendez-vous chez le coiffeur et chez la manucure, elle a acheté une robe pour l’occasion et elle a même mis les chaussures que son papa lui avait offertes pour ses vingt ans. Elle se sent à présent prête à se venger. Elle se sent prête à ruiner leur bonheur mièvre et à faire voler en éclat ce couple qui semble si parfait. Même si elle doit se ridiculiser pour ça. (Parce que ce sera probablement le cas !)

Alors que le prêtre arrive au passage tant attendu, elle se redresse sur le banc, se préparant à parler haut et fort. Le pasteur semble confiant lorsqu’il dit :

-Si une personne s’oppose à cette union, qu’elle parle dès à présent ou qu’elle se taise à ja…

-Je m’y oppose !

Ginette en reste la bouche ouverte, estomaquée, alors que quelques regards se tournent vers elle, surpris. Elle s’est levée pour objecter, mais une voix plus forte et plus rapide l’a prise de vitesse. Seules quelques personnes assises autour de Ginette l’ont remarquée, mais le reste de la salle a les yeux braqués sur une jeune personne au dernier rang.

Comment ? Qui ose interrompre le mariage ? La foule s’interroge, choquée et surprise. Qui a eu le culot de perturber l’harmonie parfaite de Nicolas et Nicoletta ? Même s’il s’agit d’une plaisanterie, c’est de très mauvais goût !

Les deux futurs mariés se sont figés et sont à présent tournés vers la salle. Ils ont encore les mains jointes.

-Paula ? s’étonne Nicoletta.

Un murmure parcourt la salle. Paula ? Est-ce bien la jeune sœur du marié ? Oui, c’est bien elle, il n’y en a qu’une. Que fait-elle donc ? Effectivement, elle a toujours semblé ne pas beaucoup apprécier la fiancée de son frère, mais on a mis ça sur le compte de la jalousie. Paula et Nicolas s’aiment beaucoup mais personne ne pensait qu’elle irait jusqu’à s’opposer à leur union.

On semble remarquer le fait que Ginette s’est levée également. On la dévisage bizarrement, elle rougit, même Paula lui jette un regard surpris. Le prêtre ne sait plus où donner de la tête, complètement perdu.

-Euh, qui commence ? dit-il, s’adressant aux deux jeunes femmes.

Ginette émet une petite toux et fait signe à Paula de se lancer d’abord, curieuse de savoir ce qu’elle a à dire :

-Honneur aux jeunes !

Paula la remercie d’un bref signe de tête et focalise toute son attention sur le couple devant l’hôtel. On retient son souffle, attentif :

-Nicoletta, j’ai réfléchi à ce que tu as dit, et je pense qu’on devrait se marier.

Grand bruit dans l’église : Comment !? Que dit cette petite folle ? Épouser Nicoletta ? Mais d’où sort-elle ?! Il s’agit du mariage de son frère ! Ne peut-elle pas se tenir pour une fois ?

La réaction des amoureux ne se fait pas attendre. Nicolas fronce les sourcils et fusille sa sœur du regard, très en colère. Le joli visage de poupée de Nicoletta perd toute couleur et se défait. Mais contre toute attente, il se tourne vers sa fiancée.

-C’est quoi ces histoires ? lâche-t-il d’un ton sec. Tu m’as dit que tu l’avais plaquée.

Stupeur générale ! Quoi-quoi-quoi ? Cette histoire serait sérieuse ? Mais Nicoletta n’est pas gay ! Une si gentille fille ! Souriante, polie, féminine, douce… Paula, on pouvait s’y attendre, cette enfant semble déterminée à contrarier ses parents -pauvres gens !

-Nicolas, je te promets que je ne…

-On en avait parlé, tu m’as promis que tu t’occuperais de régler le problème ! s’énerve-t-il.

Les invités ont à peine le temps de se faire la remarque qu’il lui parle plutôt sèchement que les traits de Nicoletta se durcissent et qu’elle prend une moue de dégoût. Les mots qu’elle lui crache au visage les choquent encore plus.

-Oh la ferme espèce de grand dadais ! C’est ma faute à moi si ta frangine est une tête de mule ? En plus, c’est toi qui nous as présentées. Alors, lâche-moi deux secondes tu veux ?

Jamais -au grand jamais !- on a entendu Nicoletta parler sur ce ton à son Nicolas ! Qu’arrive-t-il au couple ? Elle lâche la main de son fiancé et croise les bras, très énervée.

-Nicoletta, reprend Paula, je m’en veux qu’on se soit séparées. J’avais peur de m’engager, mais en réalité je t’aime ! Je veux passer ma vie avec toi !

-Espèce de petite idiote ! T’étais obligée de te déclarer maintenant ?! Devant deux cents personnes, pendant ma fichue cérémonie ?!

L’assistance ne trouve plus les mots pour décrire la scène tant ils sont surpris. À ce stade ils se contentent de suivre le dialogue comme un match de tennis.

-Te marie pas avec Nicolas. Choisis-moi, fait Paula d’un ton calme.

Nicoletta semble hésiter. Va-t-elle s’enfuir le long de l’allée au bras du frère ou de la sœur ? Elle soupire.

-D’accord.

Tandis qu’elle veut rejoindre la cadette de son fiancé sous les regards médusés de toute sa famille et ses amis, Nicolas la retient par le bras.

-On avait un accord, chuchote-t-il furieusement.

-Laisse tomber mon vieux, fait-elle en se dégageant avec désinvolture. Maintenant qu’elle veut bien avoir la corde au cou je vais pas la lâcher ! Et pis ça ne change rien, pour le renflouage de l’entreprise de ton père qui coule.

L’attention se porte sur les parents du fiancé, qui prennent une jolie teinte rosée. Nicolas grimace, mais cette fois il laisse sa fiancée rejoindre sa sœur.

-Je… Je suis enceinte.

Qui ? Paula ? Non ! Nicoletta ?! De Nicolas ! Oh là là! Ça devient compliqué !

Ah, en réalité c’est Ginette qui a parlé. Qu’est-ce qu’elle raconte celle-là ? Elle est rouge jusqu’à la racine des cheveux.

Nicolas (dont la mâchoire venait de se décrocher) se secoue et cligne des yeux.

-Je… je… Ginette, depuis combien de temps … ?

-Trois mois.

-T’as couché avec elle ? demande Nicoletta à Nicolas, un sourcil haussé.

-Oh, écrase. Y’a prescription, on était « séparés », la rembarre-t-il.

-Est-ce que tu es amoureux de Nicoletta ? demande Ginette d’un ton angoissé. Est-ce que tu as jamais été amoureux d’elle ?

-Non, hausse-t-il les épaules, au début on s’arrangeait avec de l’argent pour l’entreprise de papa et après je lui ai servi de couverture pour qu’elle puisse sortir avec Paula. Sa mère est tellement conservatrice : tout le temps sur son dos pour qu’elle se case, et tout…

C’est au tour de la famille de la mariée de rougir. Les invités semblent fascinés par cet étalage de petits secrets, ils suivent avec intérêts tous les échanges entre les quatre jeunes.

Nicoletta serre la main de Paula et elles retiennent leur souffle. Nicolas va-t-il oser … ? Ginette lui lance un regard rempli d’espoir…

-Ginette, fait-il, je suis désolé de t’avoir menti. Ça te dirait d’élever ton enfant avec un futur chômeur qui a été plaqué devant l’hôtel à cause de sa petite sœur ?

Ginette éclate en sanglot.

-Oui !

Il traverse l’allée et la prend dans ses bras pour l’embrasser.

-Mais par pitié, ne me parle pas de mariage, rit-il.

-On est d’accord ! s’exclame-t-elle.

Les deux couples saluent les invités et s’en vont en courant hors de l’église sous les applaudissements et les bravos du public.

Fin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *